« Le seul fait que Paul Biya se trouve en villégiature avec des voyous autour de lui alors que son pays se meurt, justifie qu’on n’ait plus aucun égard pour sa personne » – Benjamin Zebazé

0
58

«Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est qu’ils soient plus indignés par ces cris plutôt que par le fait qu’un homme, à la tête d’un pays sinistré à cause de ses propres errements, déplace une horde de courtisans pour aller dépenser l’argent du contribuable dans un pays et hôtel les plus chers du monde», s’indigne le directeur de publication des journaux ouest Littoral et ouest Échos.

A tous ces «bavards», je demande juste: si vous étiez originaires du Nord-ouest et du Sud-ouest ; qu’un membre de votre famille était victime des bavures de l’armée ; que votre maison était rasée sans cause; que votre famille était obligée de vivre dans les champs de la Menoua, des Bamboutos, du Littoral…je verrais si vous irez avec des fleurs à l’hôtel Intercontinental en Suisse pour applaudir le chef de l’Etat, chef du gouvernement, chef des armées, premier magistrat, premier sportif… chef du parti inique et surtout un homme «toujours chaud gars».

A ceux qui sont choqués par ce qui arrive au Président de la République le journaliste déclare: «si vous étiez originaires du Nord-ouest et du Sud-ouest; qu’un membre de votre famille était victime des bavures de l’armée; que votre maison était rasée sans cause; que votre famille était obligée de vivre dans les champs de la Menoua, des Bamboutos, du Littoral…je verrais si vous irez avec des fleurs à l’hôtel Intercontinental en Suisse pour applaudir le chef de l’Etat, chef du gouvernement, chef des armées, premier magistrat, premier sportif».

Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est qu’ils soient plus indignés par ces cris plutôt que par le fait qu’un homme, à la tête d’un pays sinistré à cause de ses propres errements, déplace une horde de courtisans pour aller dépenser l’argent du contribuable dans un pays et hôtel les plus chers du monde.

Il estime que «dans un pays normal et avec un dirigeant normal, on pourrait comprendre l’indignation des Camerounais qui n’acceptent pas les cris, en terre étrangère, de leurs compatriotes indignés par ce qu’on a fait de leur pays depuis le 06 novembre 1982».

Lire l’article en entier sur actucameroun.com

Donne ton avis