Côte d’Ivoire: tolérance zéro pour un agent des eaux et forêts impliqué dans un racket de 10 millions FCFA

0
2997

Nous ne pouvons plus tolérer d’écart en ce qui concerne la gouvernance dans la forêt »,  a déclaré M. Donwahi qui ambitionne d’ «inverser la tendance» pour «préserver notre patrimoine» forestier avec la collaboration de la population appelée à faire partie des agents de reboisement en Côte d’Ivoire.

Le ministre des eaux et forêts s’exprimait lors d’une cérémonie de remise de matériels roulants (10 véhicules et 400 motos) à la Brigade spéciale de surveillance et d’intervention (BSSI) et aux postes forestiers.

« Je voudrais dire à nos collaborateurs que vous avez le devoir de faire en sorte que cette corporation soit respectée. Donwahi, veut constater en ce qui le concerne en sortant de ce ministère, « avoir fait un pas de plus, d’avoir contribué à la reforestation en Côte d’Ivoire, d’avoir contribué à faire en sorte qu’un esprit nouveau soit une réalité dans cette corporation des eaux et forêts ».

Dans le même élan, il a relevé l’importance du travail effectué par ses hommes sur le terrain. « Ce ministère est en train de revenir à la lumière, c’est parce que le travail des eaux et forêts est primordial pour la survie de notre planète », a-t-il indiqué, soulignant que le travail des eaux et forêts est respecté ailleurs dans le monde.

« Faisons en sorte qu’ici aussi ce travail soit respecté par nos concitoyens.

Pour le renforcement de la capacité opérationnelle et assurer la préservation du couvert forestier, le gouvernement ivoirien a adopté le 18 mai 2018, la Politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts.

Un montant de 4 milliards de fcfa a été mis à la disposition du ministère des eaux et forêts pour l’équipement en moyens de mobilité et en moyens techniques des services déconcentrés, de la Brigade spéciale de surveillance et d’intervention et dans une certaine mesure des services au niveau central afin d’améliorer les conditions de travail.

Selon une étude, la couverture forestière ivoirienne est passée de 16 millions d’hectares dans les années 1960 à 3,4 millions d’hectares en 2015.

Cet article Côte d’Ivoire: tolérance zéro pour un agent des eaux et forêts impliqué dans un racket de 10 millions FCFA est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Lire l’article en entier en cliquant ici

Donne ton avis