BÉNIN :: Bénin la fuite en avant de Patrice Talon :: BENIN

0
147

La démocratisation au point mort
En restant sourd aux demandes de l’opposition et en s’attaquant aux valeurs démocratiques de ce pays, si souvent précurseur dans les modes de gouvernance, Patrice Talon met en péril non seulement son mandat présidentiel mais aussi l’avenir du Bénin. Cette sentence a été cassée, le 29 mars 2019, par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples d’Arusha qui va jusqu’à condamner l’État béninois pour la violation des principes d’un procès équitable. La Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication et son président Adam Boni Tessi, pourtant nommé en 2014 par le président Boni Yayi, multiplient les « notes de cadrage » pour les médias et suspendent les médias récalcitrants. Les partis politiques sont entravés dans leurs fonctions démocratiques sous prétexte de subversion et d’atteintes à la sûreté de l’État, sauf ceux qui soutiennent le chef de l’État, . L’intransigeance et l’obstination de Patrice Talon vont-elles conduire vers une fracture entre groupes ethniques majeurs comme les Fon et la majorité des Yoruba et plus grave avec une radicalisation de ces derniers ? Le danger terroriste aux frontières
Le Bénin a heureusement été jusqu’à maintenant épargné par le terrorisme islamiste et les exactions de la secte Boko Haram. Le carrefour commercial transfrontalier de Malanville est situé à 700 km de Kano, à 700 km de Ouagadougou et à 300 km de Niamey. A n’y prendre garde, les nouvelles fragilités de » l’ancien quartier latin de l’Afrique », pourrait être le terreau de l’islamisme radical qui étend ses ramifications au Sahel et sur le pourtour de ce qui reste du Lac Tchad.

Donne ton avis