Tourisme / Caravane « Sublime Côted’Ivoire » à San Pedro : Une stratégie ambitieuse en action !

0
32

A travers cette caravane , il s’agissait pour le premier responsable du Tourisme et des Loisirs de Côte d’ ivoire d’aller à la découverte du potentiel touristique du sud-ouest et d’échanger avec les acteurs du secteur, en vue de mieux appréhender leurs préoccupations et surtout présenter ‘’Sublime Côte d’ ivoire ’’, la stratégie nationale de développement du secteur à l’échéance 2025.La proportion dans le budget estimatifglobal de 3200 milliards de FCFA, est de 480 milliards qui serviront à transformer le visage de san pedro .

Dans le cadre donc de la valorisation de nos atouts touristiques, nous ne pouvions ne pas lancer la caravane Sublime Côte d’ ivoire à san pedro , chef-lieu de cette région », a confié Siandou Fofana qui, tout au long de cette tournée, a pris la pleine mesure du potentiel de la région du sud-ouest, notamment une situation balnéaire féérique qui montre bien que la Côte d’ ivoire a beaucoup à offrir à l’ensemble des touristes.

Lancée le 16 mai, à san pedro , dans le sud-ouest, la ‘’ caravane Sublime Côte d’ ivoire ’’ a traversé Grand-Béréby et ses sites alentours, puis le parc national de Taï, avant de s’achever, le 19 mai, à san pedro , par une conférence-bilan du ministre du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana, à l’hôtel Sophia.

Pour en revenir aux circuits de ‘’La route des Eléphants’’ et ‘’Paradis entre mer et nature’’, il importe d’affirmer qu’ils ont permis au ministre de toucher de près les réalités du terrain, afin de mieux apprécier les mécanismes de la mise en œuvre finale de ces circuits qui s’étendent de san pedro au Parc national de Taï où tourisme balnéaire et écotourisme cohabitent harmonieusement, dans une nature luxuriante.

De la Can 2023 et de la Côtière

Pourtant, et même si en effet san pedro dispose d’atouts non négligeables qui peuvent favoriser la réalisation de cette vision 2025, avec en entracte la Coupe d’Afrique des Nations de football (Can), en 2023, il est avéré que la région n’est pas encore dotée d’infrastructures à la hauteur de ses ambitions et que ce secteur reste lourdement pénalisé par des problèmes tels que le foncier, la fiscalité, le financement et la formation professionnelle.

Lire l’article en entier sur news.abidjan.net

Donne ton avis